Newsletter #2 – Mars 2021

Newsletter #2 – Mars 2021

NEWSLETTER – Numéro 2


Mars 2021

Bonjour à tous,

Nous avons le plaisir de partager avec vous le deuxième numéro de notre newsletter. Nous avons décidé d’en publier un numéro chaque trimestre et d’en élargir la distribution, en particulier auprès de nos partenaires.

Elle a pour but, outre de parler de la vie de la fondation, de mettre en lumière les accomplissements de nos bénéficiaires, ainsi que de regrouper les informations récentes sur la conservation des arbres dans le monde (articles scientifiques, conférences…) qui pourraient leur être utiles. Elle sera dorénavant publiée en français et en anglais.

Concernant les informations sur les projets, il est impossible de parler de tous les projets mais nous effectuerons une sélection en fonction de la qualité des informations reçues et de leur accessibilité sur internet en essayant de varier au fil des numéros. Nous encourageons tous nos bénéficiaires à nous faire part des progrès effectués, de leurs découvertes ou publications.

Bonne lecture!

VIE DE LA FONDATION

• Suite à notre dernier appel à projets, nous avons reçu une centaine de propositions. Toutes ont été étudiées par le Secrétariat et les membres du Comité d’experts de la fondation. Le Comité se réunira le 26 mars pour effectuer la sélection des projets qui sera soumise au Conseil de fondation pour une décision mi-avril. Le Secrétariat prendra ensuite contact avec les projets présélectionnés en leur faisant part des commentaires de la Fondation.

• Le premier trimestre de l’année est également une période chargée pour le Secrétariat avec l’examen de nombreux rapports annuels. Ceux-ci font l’objet d’une lecture minutieuse et d’un échange avec les bénéficiaires. Les données d’impact sont également collectées en vue d’être regroupées pour évaluer l’impact total de la fondation. Ces données seront publiées dans un prochain numéro, après validation par le Conseil de fondation.

• Pour information, la liste des projets que nous soutenons est disponible sur notre site internet. Nous encourageons vivement les projets d’une même région à établir des collaborations et pouvons aider à la prise de contact si nécessaire.

NOUVELLES DES PROJETS

Brésil – Forêt atlantique

La fondation soutient plusieurs projets au Brésil portant sur un grand nombre d’espèces menacées y compris des espèces dont la population est réduite à seulement quelques individus. C’est le cas d’un projet mis en œuvre par le Jardin botanique de New York, l’Université de Bahia et FlorestaViva qui essaie notamment de préserver Andreadoxa flava, la seule espèce du genre Andreadoxa dont il ne reste qu’un seul individu. Pour tout savoir sur un des arbres les plus rares au monde, regardez cette vidéo.

Costa Rica – Péninsule d’Osa

Nos partenaires d’Osa Conservation, implantés dans la Péninsule d’Osa sur la côte Pacifique du Costa Rica, ont été très actifs sur le terrain mais aussi sur le terrain de la communication et du partage des connaissances. Ils essaient de conserver plusieurs espèces menacées dont Pleodendron costaricense, une espèce d’arbre décrite il y a seulement une quinzaine d’années dont on ne connait que 4 individus. Pour tout savoir sur ce travail mais également sur le contexte plus global de conservation des arbres menacés dans lequel il s’inscrit, lire l’article de Mongabay.

Pour en savoir plus sur la Péninsule d’Osa, l’impact de la covid sur le tourisme et ses répercussions sur les populations et la nature, lire l’article de National Geographic.

Hawaii

Avec 10% des espèces endémiques déjà éteintes et environ la moitié menacée d’extinction, notamment par les espèces envahissantes, les îles de l’archipel d’Hawaii sont un des endroits sur la planète où les menaces d’extinction d’espèces sont les plus importantes. Le National Tropical Botanical Garden d’Hawaii essaie de stopper cette vague d’extinction depuis plusieurs décennies. Pour en savoir plus sur leurs efforts récents, lire cet article.

Yemen

Les arbres à encens (Boswellia), espèces intimement liées à l’histoire humaine depuis des millénaires et importantes économiquement, sont actuellement menacés d’extinction sur l’île de Socotra, au Yemen, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. L’Université de Mendel mène des actions de conservation qui ont pour but d’augmenter la résilience de ces espèces qui représentent un groupe évolutif unique d’arbres insulaires d’une importance écologique et culturelle inestimable.
Pour en apprendre plus sur ces espèces, les menaces qui pèsent sur elles et sur ce site du patrimoine mondial, lire ici.

Cambodge

Dans le monde entier, le braconnage de la faune et de la flore génère un trafic extrêmement lucratif. Actuellement, le commerce illégal de bois précieux fait rage dans les forêts des aires protégées d’Indonésie, du Cambodge, du Laos et du Myanmar. La fondation soutient un projet mené par Wildlife Alliance qui vise à démanteler des groupes liés à la déforestation et au braconnage des animaux et de la flore sauvages au sein de la vaste chaîne des Cardamomes qui couvre plus de 20’000 km2. En 2020, Wildlife Alliance a ainsi mené plus de 492 patrouilles, parcourant un total de 19’750 kilomètres permettant la sauvegarde de 23 espèces d’arbres menacées sur une surface de plus 129’573 hectares de forêts primaires.
Cliquez ici pour en apprendre plus sur les activités de Wildlife Alliance.

Jardins botaniques, arboretums et conservation

L’expertise des jardins botaniques est primordiale si l’on souhaite préserver la flore et s’assurer que les efforts de préservation des arbres soient couronnés de succès. Leur travail d’acquisition de connaissances est irremplaçable et leur engagement en faveur de la conservation du vivant est une réelle nécessité. C’est dans cet esprit que la fondation finance le travail d’un certain nombre de jardins botaniques et arboretums à travers le monde. Botanic Gardens Conservation International, le plus vaste réseau de jardins botaniques au monde est un partenaire de longue date de la fondation et un de ses plus gros bénéficiaires notamment pour la mise en œuvre de l’évaluation des 60’000 espèces d’arbres pour la Liste rouge de l’UICN (Global Tree Assessment) ainsi que pour la réponse à la crise d’extinction que tente d’apporter la Global Trees Campaign. BGCI a annoncé récemment la création d’un fonds dédié à la conservation des arbres accompagné d’une vidéo que l’on peut voir sur www.treeconservationfund.org. A noter également que ArbNet, le réseau qui réunit les arboretums, dont la coordination est assurée par l’arboretum Morton aux USA, fêtera prochainement ses 10 ans avec une conférence au mois de septembre 2021.

Evaluation des arbres

Une étape a été franchie en ce début d’année puisque la moitié des espèces d’arbres ont été incluses sur la Liste rouge des espèces menacées de l’UICN. Plus d’un tiers des espèces évaluées sont menacées d’extinction. Au cours des deux années écoulées près de 20’000 espèces ont été évaluées grâce au concours de centaines d’experts, notamment ceux des réseaux de la Commission de la sauvegarde des espèces de l’UICN. Cela représente un effort unique par son envergure dans l’histoire de la Liste rouge pour un groupe d’espèces donné. Ce projet, coordonné par BGCI, est fondamental car il permettra d’identifier les espèces menacées, les causes des menaces, les lacunes au niveau des connaissances ainsi que les zones de conservation prioritaires, en particulier celles où sont concentrées les espèces menacées.
BGCI organisera un webinaire pour présenter leur dernier rapport “La Liste rouge des arbres de Madagascar » qui couvre plus de 3 000 espèces. Les membres des équipes d’évaluation du Kew Madagascar Conservation Centre et du Missouri Botanical Garden Madagascar Program se joindront à eux pour parler des résultats de ce travail et des implications pour la conservation des arbres à Madagascar. Le webinaire aura lieu le 31 mars à 12h00 BST. La participation est gratuite et une page d’inscription est disponible ici.

PUBLICATIONS ET CONFERENCES RECENTES

Dix règles d’or pour la reforestation

La Fondation a accueilli avec plaisir la publication de ces règles. La plupart des projets mis en œuvre par les bénéficiaires de la Fondation les respectent déjà dans les grandes lignes car ces règles étaient déjà largement incluses dans nos lignes directrices mais elles le seront de façon encore plus proéminente à l’avenir. Nous espérons vivement que tous les grands projets de plantations d’arbres en tiendront compte afin de préserver la biodiversité, augmenter les capacité de stockage de carbone et apporter un bénéfice aux populations. Pour accéder à l’article, cliquer ici.

Conférence sur les plantations d’arbres

Franklinia a participé au financement de la conférence “Reforestation pour la biodiversité, le stockage de carbone et les moyens de subsistance » organisée avec succès par le Jardin botanique de Kew et BGCI du 24 au 26 février. L’objectif était la création d’un réseau mondial d’expertise et le partage d’idées nouvelles en faveur de la reforestation. Cette conférence en ligne a réuni plusieurs milliers de participants et bon nombre de nos bénéficiaires y étaient représentés insistant sur la nécessité de mieux prendre en compte la biodiversité dans les projets de plantations d’arbres. Une déclaration est en préparation et devrait permettre d’exercer une influence positive sur les programmes de reforestation à travers le monde. Le site de la conférence est accessible ici.

La grande muraille verte et les échecs du passé

La “grande muraille verte” est une initiative lancée en 2007 par l’Union africaine; elle a bénéficié d’un regain d’attention récemment avec l’annonce d’importants financements. Un article publié dans la revue Science rappelle que planter un arbre est une opération plus complexe que creuser un simple trou dans le sol et que beaucoup de projets de plantations se sont soldés par des échecs. Une prise en compte des échecs passés est nécessaire. L’article est accessible ici.

Les arbres et les changements climatiques

Les changements climatiques et en particulier les vagues de chaleur sont souvent considérés comme de mauvaises nouvelles pour les arbres mais un article récent met en lumière un bénéfice potentiel et inattendu des vagues de chaleur sur des espèces d’arbres indigènes en Australie. Celles-ci peuvent avoir un impact important sur les parasites et agents pathogènes et auraient donc une sorte d’effet curatif. L’article est accessible en ligne ici.

Rapport sur la déforestation

L’objectif principal de la Fondation est la conservation des espèces d’arbres menacées et, bien entendu, la déforestation est la principale cause de menace d’extinction pour les arbres. Un rapport récent du WWF est consacré aux fronts de déforestation; il contient des cartes matérialisant les zones de déforestation sur chaque continent ainsi qu’une analyse des causes et des réponses. Le rapport complet est disponible ici. Le résumé se trouve ici.

Diversité génétique

Nous questionnons souvent nos bénéficiaires sur le niveau de diversité génétique lors de la collecte des graines et de la culture en pépinières. C’est une question que les spécialistes du monde animal ont pris soin de prendre en compte depuis des décennies ; des protocoles existent aussi pour les plantes et devraient être systématiquement mis en œuvre. Une publication explique pourquoi c’est un aspect crucial pour le succès à long terme des projets et la restauration d’écosystèmes résilients.

D’autres conseils pratiques pour augmenter la diversité génétique des plantules qui seront réintroduites dans leurs milieux naturels sont disponibles sur le site de la Global Trees Campaign.

Pourquoi les plantes poussent-elles verticalement ?

Cette étude explique le mécanisme et la façon dont les statolithes, détecteurs particuliers que possèdent les plantes, sédimentent au bas des cellules permettant de détecter une inclinaison. Le mécanisme n’est pas totalement élucidé mais notre compréhension progresse.

Cartographier les arbres grâce aux satellites

Les nouvelles technologies sont souvent présentées comme la solution pour résoudre les problèmes environnementaux que connait la planète. Les drones et les satellites sont des outils prometteurs et déjà largement utilisés dans la conservation des forêts. Ils ne remplaceront jamais une présence humaine sur le terrain mais peuvent s’avérer de précieux outils. Cet article décrit les progrès effectués en vue de cartographier tous les arbres du globe.

Conservation des frênes

L’agrile du frêne (Agrilus planipennis) est responsable de la mort de centaines de millions de frênes en Amérique du nord causant des dizaines de milliards de dollars de dégâts. Cet article décrit différents efforts pour sauver les frênes de l’extinction allant de la sélection d’individus résistants au contrôle biologique.

Equilibre entre recherche-suivi et action

Les financements pour endiguer la perte de biodiversité sont largement insuffisants, obligeant les gestionnaires à faire des choix entre les coûts des actions nécessaires à la réduction des menaces et la recherche et le suivi nécessaires pour améliorer l’efficacité des actions de conservation. Cet article présente une analyse des budgets de plans de restauration d’espèces et montre qu’en moyenne 50% est alloué à la recherche et au suivi. De plus, les espèces bénéficiant des plus hautes proportions de budget allouées à la recherche et au suivi sont, en général, celles qui ont les plus faibles résultats en termes de rétablissement. Pour certaines espèces, les plans ont alloué la majorité des financements à la collecte d’informations depuis des décennies. Un examen minutieux de la nécessité de collecter davantage de données est nécessaire.